Une plongée sonore dans la réserve naturelle des Nouragues avec Jérôme Sueur de l'ISYEB interviewé pour le zoom de la rédaction par Sophie Bescherelle

Plongée sonore dans la réserve naturelle des Nouragues. Régulièrement, Jérôme Sueur, éco acousticien ISYEB au Muséum national d'Histoire naturelle enregistre le paysage sonore d'une richesse unique. Plus que le comportement des espèces, c'est l'état de santé de l'écosystème qu'il surveille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La forêt guyanaise vue de Maripasoula

 

 

 

 

 

 

 

La forêt guyanaise vue de Maripasoula © Maxppp / Fred Dugil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au coeur de la forêt dense des Nouragues, équipés de poncho de pluie, de GPS et d'un sac à dos , Jérôme Sueur accompagné de Guillaume Delaitre vont installer 23 enregistreurs. Selon un quadrillage précis, sur 180 hectares, les appareils capteront de jour comme de nuit les sons de la jungle guyanaise, dont le très sonore singe hurleur. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour cette mission menée en pleine saison sèche, Jérôme Sueur, écologue et bio acousticien au Muséum National d'Histoire Naturelle cible trois groupes d'oiseaux dont les tinamous, sortes de perdrix au sifflement discret.  Ce scientifique n'a pas vocation à réaliser un catalogue sonore de la forêt équatoriale. Son oreille n'est pas vraiment exercée pour cela et pour identifier certaines espèces, il a d'ailleurs recours au savoir de collègues locaux. Lui, c'est la variété sonore qui l'intéresse : "en tant qu'éco acousticien on cherche à décrire un paysage sonore. On peut aller chercher des espèces en particulier comme ces tinamous ou ces ibijaux (oiseaux dont le plumage se fond avec les branches des arbres) mais on cherche à caractériser un paysage sonore, savoir s'il est complexe ou pas, s'il y a beaucoup de sons, ce qui peut révéler une diversité importante" détaille t-il. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un tinamou

 

 

 

 

 

 

 

Un tinamou © Maxppp / R.Philips

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une diversité variable suivant les heures du jour

 

 

 

 

 

 

 

Jérôme Sueur n'est pas éthologue. Plus que le comportement des animaux, c'est leur présence  ou pas qu'il va consigner.   "On cherche à savoir s'ils sont là, quand ils sont là et où. On  a peu d'informations notamment sur la saisonnalité des oiseaux ou des autres espèces. C'est important car on s'attend à des changements sur la saisonnalité. Avec le changement climatique,  les saisons sont bousculées , notamment cette année où la saison sèche n'a pas eu lieu et on voudrait savoir quels impacts ont ces changements sur ces paysages sonores ou sur les activités sonores de ces oiseaux". 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'intelligence artificielle au service des éco acousticiens

 

 

 

 

 

 

 

Le bain sonore qu'offre la forêt guyanaise est unique en France. Aucune perturbation humaine et une très grande richesse qui en fait sa complexité. Ce jour là, au mi temps de la journée, on entend les singes hurleurs vociférer bruyamment pour marquer leur territoire, mais derrière une petite voix se fait entendre. Surement un insecte qui stridule mais qu'il faudra identifier et dont la présence atteste de la bonne santé de cette zone équatoriale où la pression de chasse n'est pas négligeable. 

 

 

 

 

 

 

 

Pour s'y retrouver dans ce choral tropical, Jérôme Sueur ne déambule pas des heures avec un micro en main et un casque sur les oreilles. Les enregistreurs automatiques, posés pour rester en place seront régulièrement relevés et déchargés dans les mémoires d'ordinateurs. Ensuite, place à l'intelligence artificielle.  "On collecte tellement de données quand on fait une mission qu'on revient avec des centaines de milliers d'enregistrements" explique le chercheur. "Donc on ne peut pas les écouter en intégralité. On utilise donc des algorithmes d'intelligence artificielle pour les reconnaître automatiquement. Ces algorithmes , il faut les entrainer avec des sons qui ont été identifiés et dont on sait que ce sont des chouettes, des tinamous ou un grand duc par exemple. Ensuite, ce sont les ordinateurs qui vont nous dire si telle espèce est présente ou pas".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A chaque espèce sa fréquence

 

 

 

 

 

 

 

Dans cette forêt, chaque espèce a sa fréquence audio , distincte de celle du voisin. Et ces fréquences peuvent être converties en images, des bandes grisâtres qui se superposent sur l'écran.  Menées au long cours, ces recherches vont permettre de détecter les modifications dans le chant de la forêt. Et par là même occasion, de décrypter si le paysage sonore évolue, sous la pression du changement climatique.  "L'hypothèse globale que l'on formule, c'est que les saisons sèches seront plus importantes avec une tendance à l'ouverture de la forêt. Il y aurait plus de chablis, d'arbres qui tombent et ça conduirait à une savanisation de la forêt, une densité végétale plus faible. Et cela aurait un impact sur le paysage sonore de la forêt" avance Jérôme Sueur.   Moins de pluie par exemple pourrait avoir un impact fort sur les amphibiens. Pour les mammifères, c'est l'inconnue totale. Des recherches similaires sont menées la forêt du Rizoux dans le Parc naturel régional du Haut-Jura. Là encore, à raison d'une minute d'enregistrement toutes les 15 minutes, les magnétophones sont devenus les oreilles d'or des éco acousticiens qui caractérisent la biodiversité en même temps qu'ils la surveillent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Singes hurleurs

 

 

 

 

 

 

 

Singes hurleurs © Maxppp / Launette FLorian

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le : 03/01/2022 15:22 - Mis à jour le : 10/01/2022 18:18