Le prochain séminaire de l'ISYEB aura lieu en visioconférence le mardi 5 octobre 2021 exceptionnellement de 13h à 14h.

A l’interface des milieux urbains et marins, les ports cristallisent les enjeux et problèmes des écosystèmes côtiers, support d’une biodiversité élevée et de services écosystémiques majeurs. Ils constituent des (néo-)écosystèmes urbains et marins où les filtres environnementaux et les processus écologiques clés différent considérablement des habitats naturels, tout comme en conséquence leur composition biotique. En effet, les ports sont caractérisés par une importante pollution chimique des eaux (rejets urbains et activités industrielles) constituant un filtre environnemental drastique. Par ailleurs, une caractéristique forte des ports est la grande diversité et l'abondance voire la dominance des espèces exotiques envahissantes (EEE) résultat de l’intensification du trafic maritime depuis un siècle. Les ports sont ainsi des têtes-de-pont pour l'introduction et la diffusion des EEE vers les habitats naturels, y menaçant la biodiversité et le fonctionnement même des écosystèmes littoraux et des services associés.

Les processus écologiques régissant le fonctionnement de ces écosystèmes restent cependant peu étudiés. A travers des observations et des expérimentations in situ menées à différents niveaux d’organisation et fonction biologiques (communauté, métabolome, respiration), nous avons pu démontrer que le rôle majeur des contaminants (ETM, POP) dans la structuration des communautés et notamment dans la dominance des EEE (Kenworthy et al. 2018). Les gradients de pollution retrouvés à petite échelle (<100m) conditionnent drastiquement les peuplements et induisent des différences dans la structure des communautés plus marquées entre entrée et fond des ports étudiés (intra-port) qu’entre ces mêmes zones dans des ports distincts (Kenworthy et al. 2018 ; Gauff et al., in prep. a). Par ailleurs, des expériences de transplantations réciproques ont révélé des effets sélectifs dus à la pollution au niveau des communautés et du métabolome et induisant de l’adaptation locale chez certaines espèces (Gauff et al., in prep. b). Les effets du changement climatique ont par ailleurs pu être observés sur ces communautés portuaires mais aussi simulés par des expériences in situ de réchauffement (Gauff et al., in prep. c ; soumis).
 
REFERENCES
  • Kenworthy J. M., Rolland G., Samadi S., Lejeusne, C. (2018) Local variation within marinas: Effects of pollutants and implications for invasive species. Marine pollution bulletin 133: 96106. https://doi.org/10.1016/j.marpolbul.2018.05.001

 

  • Gauff R., Davoult D., Bohner O., Joissains A., Loisel S., Silhol J., Lejeusne C. (in prep. a) Small-scale spatial variability of communities in marinas under different contaminant regimes.
 
  • Gauff R., Davoult D., Greff S., Bohner O., Jacquet S., Loisel S., Rondeau S., Wafo E., Lejeusne C. (in prep. b) Pollution gradient leads to local adaptation and small-scale spatial variability of communities and functions in an urban marine environment.
 
  • Gauff R., Lejeusne C, Bohner O., Greff S., Loisel S., Davoult D. (in prep. c) Getting used to the heat: experimental in situ climate change induce even more degraded fouling communities in harbours.
 
  • Gauff R., Davoult D., Bohner O., Loisel S., Rondeau S., Wafo E., Lejeusne C. (soumis) Dead Heat - Heat waves can contribute to environmental homogenization with few winners in marine urban communities. Soumis à Biological Invasions.

 

 

 

Publié le : 24/03/2021 14:15 - Mis à jour le : 06/10/2021 13:42

À voir aussi...