Informations pratiques

Horaires

De 12h30 à 13h30

Renseignements

Contacts séminaires : Agnès Dettaï et Martine Boccara

Diatomées et nuit polaire

Dans le cadre de mon doctorat à l’Université Laval (Canada), j’ai reçu une formation
océanographique complète allant depuis la prise d’échantillons sur le terrain
jusqu’à la rédaction d’articles scientifiques. En participant à des expéditions
océanographiques arctiques, j’ai pu constater par moi-même que les océans sont des
environnements vulnérables, notamment face au changement climatique. En alliant des
approches pluridisciplinaires (océanographie physique, microscopie, HPLC,
séquençage…), ma thèse aura permis de contribuer à l’avancement des connaissances
dans le domaine de l’écologie microbienne arctique avec une emphase sur la survie
des organismes pendant la nuit polaire, sur les conditions environnementales
favorisant l’accumulation des espèces photosynthétiques ainsi que sur la présence
d’espèces potentiellement nocives pour le reste de la chaîne alimentaire. Ma récente
intégration au sein de l’équipe de génomique des plantes et des algues à l’Institut
de biologie de l’École Normale Supérieure (France) en tant que post doctorante, a
permis d’ajouter une dimension supplémentaire à ma recherche. Cette fois-ci, je
m’intéresse à l’étude de la diatomée polaire Fragilariopsis cylindrus en tant que
modèle pour caractériser l'état physiologique, cellulaire, génomique, épigénomique
et métabolique des cellules pendant une obscurité prolongée et le retour à la
lumière dans le but d'identifier les mécanismes adaptatifs clés utilisés par les
diatomées. Lors de mon séminaire du 13 Novembre au Museum national d’Histoire
naturelle, je tenterai de donner une vue d’ensemble de ma recherche tout en mettant
en lumière les avantages et les inconvénients des approches employées
(environnementale vs en laboratoire).

Publié le : 13/09/2018 14:36 - Mis à jour le : 16/10/2018 15:04

À voir aussi...