Accueil > Annuaire et pages personnelles > Pages Personnelles

LLAURENS Violaine

Chercheur CNRS (CR1)

English
















 Contact

Muséum National d’Histoire Naturelle
Institut de Systématique, Évolution, Biodiversité
ISYEB - UMR 7205 CNRS, MNHN, UPMC, EPHE<
Equipe Evolution et Développement des Variations Phénotypique.
57 Rue Cuvier – CP50
F-75005 Paris, France
Email : llaurens[AT]mnhn.fr
Phone : + 33 (0)1 71 21 46 96

 CV résumé

- 2016 : Habilitation à Diriger des Recherches (HDR)

- Depuis 2015 : Chercheur CNRS (CR1), Responsable de l’équipe Evolution et Développement des Variations Phénotypiques, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris (France)

- 2011-2014 : Chercheur CNRS (CR2), "Sélection équilibrante agissant sur les motifs de couleur des ailes chez le papillon mimétique Heliconius numata", Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris (France)

- 2010 : Post-doc, bourse Marie Curie, "Fardeau génétique protégé associé au loci CMH chez le guppy Poecilia reticulata", Université de Hull (Royaume-Uni)

- 2008-2009 : Post-doc, "Evolution de la latéralité manuelle chez l’humain", Université de Montpellier 2 (France)

- 2004-2007 : Thèse de doctorat, "Forces évolutives agissant au locus d’auto-incompatibilié chez Arabidopsis halleri", Université de Lille 1 (France)

 Equipe de Recherche

Je suis responsable de l’équipe Evolution et Developpement des Variations Phénotypiques Phenotypic Variations, composée de :

- Violaine Llaurens, CR1 CNRS
- Vincent Debat, Maître de Conférence du MNHN
- Sylvain Gerber, Maître de Conférence du MNHN
- Raphaël Cornette, Assistant Ingénieur
- Florence Prunier, Assistante Ingénieur
- Héloïse Bastide, postdoc Emergence
- Antoine Fraimout, doctorant (encadré par V Debat & C Tepliski)
- Ombeline Sculfort, doctorante (encadré par B Nay & V Llaurens)
- Camille Le Roy, Stagiaire Master 2

 Thématiques de Recherches

Je m’intéresse l’évolution biologique et plus particulièrement à l’évolution et au développement des variations phénotypiques observées entre populations, espèces et clades. Je travaille principalement sur les mécanismes impliqués dans la sélection balancée, qui permet le maintien de polymorphisme sur de longues périodes évolutives. Je dissèque les effets de ce régime de sélection sur l’architecture génétique des traits et je cherche à caractériser finement les moteurs de la diversification et du maintien de diversité en populations naturelles. J’utilise des approches théoriques et empiriques, incluant à la fois du travail de laboratoire et de terrain. Voici une liste des principaux projets sur lesquels je travaille en ce moment ainsi que les membres de l’équipe impliqués.

Développement des variations de motifs de couleur des ailes chez H. numata

Membres de l’équipe impliqués : H. Bastide, F Prunier, V Llaurens.
en collaboration avec : M Joron, DR2 CNRS du CEFE Montpellier

Chez l’espèce de papillon polymorphe Heliconius numata qui présente plusieurs motifs de couleur des ailes coexistant en populations naturelles, nous tentons d’identifier les mécanismes développementaux impliqués dans le développement de ces variations, principalement par des approches de RNAseq et hybridation in situ. Dans cette espèce, un supergène composé d’une poignée de gènes contrôle la plupart des variations phénotypiques. Ce supergène a connu des réorganisations chromosomiques qui ont modifié l’ordre des gènes dans certains haplotypes. Nous avons pour but d’identifier le rôle des différents gènes de cette région ainsi que celui des inversions chromosomiques sur l’évolution du développement des motifs mimétiques chez H. numata. Nous évaluons également le rôle de ces mêmes gènes chez une espèce soeur H. hecale qui ne présente pas de supergène, afin de reconstituer l’histoire évolutive de la diversification des motifs de couleur des ailes.

Evolution de la dominance entre haplotypes du supergène d’H. numata

Membres de l’équipe impliqués : M Arias (ancienne dostorante), H Bastide, V Llaurens
en collaboration avec : Sylvain Billiard, Maïtre de Conférence, Université de Lille 1

En combinant des approches empiriques et théoriques, nous avons évalué l’effet de la sélection naturelle agissant sur la dominance entre haplotypes mimétiques et ses conséquences sur l’évolution de cette dominance au supergène. Notre hypothèse de travail est que la dominance au supergène a pu évoluer. A travers le recrutement d’Héloïse Bastide (postdoc Emergence), nous étudierons à partir de septembre 2016, les mécanismes moléculaires impliqués dans les relations de dominance entre haplotype du supergène.

Evolution des défenses chimiques dans le genre Heliconius

Membres de l’équipe impliqués : M Arias (ancienne dostorante),O Sculfort, V Llaurens
en collaboration avec : Bastien Nay (DR2 CNRS) et Marianne Elias, (CR1 CNRS)

Nous caractérisons les variations quantitatives et qualitatives des défenses chimiques dans les espèces du genre Heliconius. Les chenilles d’Heliconius se nourrissent en effet de feuilles de Passiflores qui contiennent des glucosides cyanogènes et peuvent séquestrer ou néo-synthétiser des composés cyanogènes à partir de cette alimentation. Les convergences évolutives fascinantes observées entre espèces portant des défenses émergent du partage des coûts en survie lié à l’apprentissage de l’association entre motifs et toxicité par les prédateurs. Afin de mieux comprendre les mécanismes de ces convergences entre motifs de couleur des ailes, nous étudions donc l’évolution des défenses chimiques et de leur variations en populations naturelles.

Evolution des ocelles dans le genre Morpho

Membres de l’équipe impliqués : S Jarosson (Ancien étudiant de M2), R Cornette, S Gerber, V Debat, V Llaurens
En collaboration avec : P Blandin

Les papillons du genre Morpho présentent une coloration bleu iridescente sur leur face dorsal, tandis que leur face ventrale présente une coloration brune cryptique, associée à des ocelles en nombre variables. Nous caractérisons les variations de ces ocelles (Nombre, forme, couleur, taille, position), ainsi que leur corrélation avec les variations de la forme des ailes et la venation. Si ces variations sont principalement due à une évolution neutre le long de la phylogénie de ces espèces, l’écologie de ces espèces pourraient également influencer les variations intra et inter spécifique des ocelles.

Evolution de la forme des ailes en relation avec les performances de vol dans le genre Morpho

Membres de l’équipe impliqués : C Le Roy, V Debat, R Cornette, V Llaurens
en collaboration avec : P Blandin et R Godoy-Diana, CR1 CNRS, ESPCI

Depuis la mise en évidence de l’effet du micro-habitat (canopée vs. sous-bois) sur l’évolution de la forme des ailes dans le genre Morpho, nous caractérisons les différences intra et inter spécifiques des performances de vol en testant à la fois les propriétés aérodynamiques des ailes en conditions contrôlées au laboratoire et les comportement de vols sur le terrain. En étudiant le lien entre les variations de formes des ailes et les performances de vols, nous espérons mieux comprendre les forces évolutives impliquées dans l’évolution de la forme des ailes chez les papillons du genre Morpho.

 Financements

- ANR DOMEVOL (2013-2017)
- Projet Emergence Mairie de Paris (2016-2020)
- Labex BcDIV  :
Thèse de Monica Arias (2012-2015)
Thèse de Ombeline Sculfort (2016-2019)

 Publications

- Smadi C, Leman H, Llaurens V. Assortative mating driving spatial divergence of mating trait in diploid species : how dominance influences population differentiation ? Under Review in Journal of Theoretical Biology. (arXiv:1705.00944)

- Chouteau M, Llaurens V, Piron-Prunier F, Joron M, 2017. Polymorphism at a mimicry supergene maintained by opposing frequency dependent selection pressures. Proceedings of the National Academy of Sciences. Online early. doi:10.1073/pnas.1702482114

PDF - 735.4 ko

- Llaurens V, Whibley A & Joron M. 2017. Genetic architecture and balancing selection : life and death of differentiated variants. Molecular Ecology, 26 : 2430–2448.

PDF - 1.2 Mo

- Aubier T, Elias M, Llaurens V & Chazot N. 2017. Mutualistic mimicry enhances species diversification through spatial segregation and extension of the ecological niche space. Evolution, 71 : 826–844.

PDF - 1.2 Mo

- Arias M, Meichanetzoglou A, Elias M, Rosser N, de-Silva DL, Nay B & Llaurens V, 2016. Variation in cyanogenic compounds concentration within a Heliconius butterfly community : does mimicry explain everything ? BMC Evolutionary Biology,16:272.

PDF - 9.2 Mo

- Nadeau N, Pardo-Diaz C, Whibley A, Supple M, Saenko S, Wallbank R, Wu G, Maroja L, Ferguson L, Hanly J, Hines H, Salazar C, Dowling A, ffrench-Constant R, Llaurens V, Joron M, McMillan O & Jiggins C, 2016. A major gene controls mimicry and crypsis in butterflies and moths. Nature, 534:106–110.

PDF - 639.3 ko

- Arias M, Le Poul Y, Chouteau M, Boisseau R, Rosser N, Théry M & Llaurens V, 2016. Crossing fitness valleys : empirical estimation of adaptive landscape associated with polymorphic mimicry, Proceeding the Royal Society London - B, 283(1829).

PDF - 344.8 ko

- Piron-Prunier F, Chouteau M, Whibley A, Joron M & Llaurens V, 2016.Selection of valid reference genes for reverse transcription quantitative PCR analysis in Heliconius numata, Journal of Insect Science, 16(1):50 ; 1–8.

PDF - 487.1 ko

- Arias M, Mappes J, Théry M & Llaurens V, 2016. Inter-species variation in unpalatability does not explain polymorphism in a mimetic species. Evolutionary ecology, DOI 10.1007/s10682-015-9815-2.

PDF - 861.8 ko

- Llaurens V, Joron M & Billiard S, 2015. Molecular mechanisms of dominance evolution in Müllerian mimicry. Evolution, 69 (12) : 3097-3108.

PDF - 1.1 Mo

- Merrill RM, Dasmahapatra KK, Davey J, Dell’Aglio D, Hanley JJ, Jiggins C, Joron M, Kozak KM, Llaurens V, Martin SH, Montgomery SH, Morris J, Nadeau NJ, Pinharanda A, Rosser N, Thompson D, Vanjari S, Wallbank RWR, Yu Q 2015. The diversification of Heliconius butterflies : What have we learned in 150 years ? Journal of evolutionary biology, 28 (8) : 1417–1438

PDF - 1.8 Mo

- Le Poul Y, Whibley A, Chouteau M, Prunier F & Llaurens, V.*, Joron M*, 2014. Evolution of dominance mechanisms at a butterfly mimicry supergene, Nature Communications, 5(5644)
doi:10.1038/ncomms6644

PDF - 427.7 ko

- Llaurens, V., Joron, M., Thery M., 2014. Cryptic differences in colors among Müllerian mimics : how can the visual capacities of predators and prey shape the evolution of wing colors ?, Journal of Evolutionary Biology, 27(3) : 531-540

PDF - 1.3 Mo

- Llaurens V, Billiard S.& Joron M 2013. The effect of dominance on polymorphism in Müllerian mimicry , Journal of theoretical Biology, 337 (2013) : 101–110.

PDF - 505.2 ko

- Llaurens V*, McMullan M*, van Oosterhout C, 2012. Cryptic MHC polymorphism revealed but not explained by selection on the class IIB peptide binding region. Molecular Biology and Evolution, 29 (6) : 1631-1644.

PDF - 150.8 ko

- Faurie C*, Llaurens V*, Hegay T & Raymond M, 2012. Handedness and socio-economic status in an urban population in Uzbekistan. Evolution and Human Behavior, 33 (1) : 35-41.

PDF - 198.3 ko

- Faurie C*, Llaurens V*, Alvergne A, Goldberg M, Zins M & Raymond M 2011. Left-handedness and male-male competition : Insights from fighting and hormonal data. Evolutionary psychology, 9 (3) : 354-370.

PDF - 484.7 ko

- Leducq JB*, Llaurens V*, Castric V, Hardy O & Vekemans X 2011. Effect of balancing selection on spatial genetic structure within continuous populations : theory and empirical evidence from the self-incompatibility locus in Arabidopsis halleri. Heredity, 106 : 319-329.

PDF - 686.3 ko

-  Llaurens V, Gonthier, L & Billiard, S 2009. The sheltered genetic load linked to the S-locus : new insights from theoretical and empirical approaches in sporophytic self-incompatibility. Genetics, 183 : 1105-1118.

PDF - 103.8 ko

- Llaurens V, Raymond M & Faurie C 2009. Ritual fights and male reproductive success in a human population. Journal of evolutionary Biology, 22 : 1854-1859

PDF - 338.7 ko

- Llaurens V, Billiard S, Castric V & Vekemans X, 2009. Evolution of dominance in sporophytic self-incompatibility systems : I. Genetic load and co-evolution of levels of dominance in pollen and pistil. Evolution, 63 : 2427-2437.

PDF - 441.7 ko

-  Llaurens, V., Raymond, M., Faurie, C., 2009. Why are some people left-handed ? An evolutionary perspective. Philosophical Transaction of the Royal Society-B, 364 : 881-894.

PDF - 206.9 ko

- Llaurens V, Leducq JB, Billiard S, Castric V, Klein EK & Vekemans X 2008. Does frequency-dependent selection with complex dominance interactions accurately predict allelic frequencies at the self-incompatibility locus in Arabidopsis halleri ?. Evolution, 62 (10) : 2545-2557.

PDF - 249.5 ko

- Llaurens V, Castric V, Austerlitz F & Vekemans X 2008. High paternal diversity in the herbaceous perennial herb Arabidopsis halleri despite functional self-incompatibility, clonal reproduction and spatially-restricted pollen dispersal. Molecular Ecology, 17 : 1577-1588.

PDF - 236.7 ko

- Blanckenhorn WU & Llaurens V 2005. Effects of temperature on cell size and number in the yellow dung fly Scathophaga stercoraria. Journal of Thermal Biology, 30 : 213-219.

* Equal contributions

par llaurens@mnhn.fr - publié le , mis à jour le