Nos tutelles

CNRS

Rechercher





Accueil > Annuaire et pages personnelles > Pages Personnelles

SELOSSE Marc-André

Symbiose, mycorhize, mycologie, microbiologie, botanique, écologie, évolution.

ma selosse jpg







français - english



Professeur,
Equipe Diversité, Évolution végétale et Fongique

Muséum National d’Histoire Naturelle
UMR 7205 - ISYEB
12 Rue Buffon CP39
75231 Paris cédex 05 - France

Tél : +33 (0) 1 40 79 32 05
Tél : +33 (0) 6 07 12 34 18
Fax : +33 (0) 1 40 79 56 79
contact : marc-andre.selosse@mnhn.fr
contact : ma.selosse@wanadoo.fr

 Pages personnelles, bibliographie et production scientifique

  • Articles de recherche
  • Vulgarisation
  • Ouvrages et chapitres d’ouvrages
  • Thèses encadrées récemment
  • Sites internet

  •  Activités de recherche

    Ma recherche est centrée sur l’interaction mycorhizienne, une symbiose entre les racines de plus de 90% des plantes et des champignons du sol. J’utilise des méthodes issues de la biologie moléculaire pour étudier les populations microbiennes et les communautés mycorhiziennes, qui sont largement dominées par des espèces non cultivables.
    L’identification moléculaire des microorganismes a révolutionné notre compréhension de la diversité et de l’évolution de ces symbioses.
    De plus, les méthodes isotopiques (abondance naturelle des isotopes stables 13C et 15N) fournissent de précieux marqueurs pour étudier la nutrition des organismes, et plus particulièrement les échanges entre les plantes et les champignons in situ.

    Mes travaux comprennent une activité et une expertise naturaliste (botanique, mycologie). En étudiant l’interaction mycorhizienne, mes collaborateurs et moi-même traitons des questions générales sur l’écologie et l’évolution des symbioses, en particulier celles qui créent des réseaux entre individus et espèces différentes. Quatre thèmes majeurs peuvent être distingués :

    1 – La génétique des populations des champignons mycorhiziens (1994 – actuel), de l’échelle locale (forêt) à l’échelle globale (inter-continentale) ; surtout sur le genre Laccaria, et plus récemment des espèces des genres Amanita et Tuber.

    2 – Les communautés ectomycorhiziennes des forêts méditerranéennes et tempérées (1998 – actuel), avec un intérêt particulier pour leurs réponses aux perturbations climatiques et anthropiques, non seulement en termes taxonomiques, mais aussi plus fonctionnellement, en mesurant les activités enzymatiques excrétées.

    3 – Mycohétérotrophie (2000 – actuel), c’est à dire la biologie des plantes qui utilisent leurs champignons mycorhiziens comme source de carbone, ou bien exclusivement (mycohétérotrophie complète) ou bien en complément de leur photosynthèse (espèces vertes dites ‘mixotrophes’). L’identité des champignons associés et l’écophysiologie de ces plantes sont étudiées dans les régions tempérées et tropicales, et interprétés dans une perspective évolutive.

    4 – Mycorhizes des orchidées (2000 – actuel), en particulier nature des partenaires fongiques (diversité, coévolution), anatomie de l’interaction et métabolisme des plantes (Cf. point 3), dans les régions tropicales et tempérées.

    Je suis plus globalement intéressé par les symbioses et leur évolution en général, avec un penchant pour certains modèles, comme l’hyper-diversité des Sébacinales, ou les Neottieae, une tribu d’orchidées aux individus albinos fascinants. Ma recherche s’est récemment centrée sur la Truffe, Tuber melanosporum.


    Mais l’aventure est collective – vous verrez dans les auteurs de mes articles les nombreux collaborateurs sans qui je ne pourrais travailler !

    Je suis éditeur du New Phytologist et éditeur associé de Symbiosis et Acta Botanica Gallica, mais aussi à la revue Espèces et au Journal de Botanique.
    Je suis président de la Société Botanique de France->et vice-président de l’International Society for Symbiosis
    Je participe aux comités scientifiques de la Société Française d’Orchidophilie et de Tela Botanica.

    J’enseigne activement au Muséum et dans diverses universités et grandes écoles (AgroParisTech, Ecoles Normales supérieures de la rue d’Ulm (Paris) et de Lyon. Mes cours portent sur les plantes, les algues et les champignons (de la biologie à l’écologie), la biologie des interactions, et sur l’évolution – sur le terrain aussi souvent que possible. J’enseigne en particulier aux futurs enseignants en biologie-géologie notamment à la préparation ENS/ParisXI/MNHN. Enfin, je m’investis beaucoup en vulgarisation, par des conférences, des excursions de terrain, des articles (voir infra), et des livres, dont un sur la symbiose. (Editions Vuibert, 2000).

    La symbiose Ed.Vuibert 2000

    par Françoise Bouazzat - publié le , mis à jour le